Article

Pinot Noir - Si la France est le passé, la Californie est l'avenir

PinotNoirArticle_LargePic.jpgLe pinot noir est peut-être un cépage, mais il a développé deux personnalités distinctes dans ce pays. Ils ont autant à voir les uns avec les autres qu'un quatuor à cordes et du heavy metal; les deux sont de la musique, mais l'un a été conçu pour décorer le statu quo et l'autre pour le secouer. C’est comme ça avec le pinot noir en Amérique.

Jusque dans les années 1990, la quasi-totalité des vignes de Pinot Noir d'Amérique étaient toutes issues de vignobles français établis par une voie ou une autre. De plus, les vignerons se sont généralement rendus en Bourgogne (où tout le vin rouge est du pinot noir) pour apprendre à le faire. Il n'est donc pas surprenant que le pinot noir américain ressemble beaucoup au type français: structuré de manière classique, magnifiquement nuancé et construit plus pour enchanter que pour maîtriser. Un quatuor à cordes dans une bouteille.


Puis deux révolutions se sont produites simultanément et ont transformé le Pinot Noir tel que nous le connaissons. Premièrement, les Français eux-mêmes ont développé de nouvelles mutations génétiques du pinot noir, conçues pour mûrir plus tôt et pour donner plus de couleur et de tanin au vin lors de la fermentation. Les vignerons bourguignons voulaient ces caractéristiques car leur saison de croissance courte et pluvieuse rend difficile l'obtention de la couleur et de la maturité des raisins.

L'effet des clones de Dijon en Californie, cependant, était comme pomper le raisin plein de stéroïdes. Avec peu de risques de pluie et un soleil abondant, même dans des régions supposées «à climat frais» comme Anderson Valley et Sonoma Coast, les vignerons californiens ont constaté que les nouveaux clones rendaient leur Pinot Noir super mûr, super foncé et bourré de tanins (un composant naturel du raisin qui ajoute de la texture, de la structure et de la capacité de vieillissement au vin). La plupart des nouveaux vignobles de Pinot Noir enterrés en Californie sont maintenant plantés principalement ou entièrement sur des clones de Dijon. C'est la révolution n ° 1.


La Révolution n ° 2 est un changement fondamental dans le secteur du vin lui-même, qui permet à quiconque d'entrer dans le jeu sans posséder de terrain, de bâtiments ou même d'équipement. Si vous pouvez collecter suffisamment d'argent pour acheter du raisin et quelques barils ces jours-ci, vous pouvez emprunter, louer ou partager tout le reste - y compris la caution que le gouvernement exige des personnes qui fabriquent de l'alcool pour la vente.

Mettez les deux révolutions ensemble, et vous obtenez les conditions idéales pour que les jeunes vignerons ambitieux fassent sensation. Ils se spécialisent dans les vins désignés par les vignobles provenant de régions non encore établies où les raisins sont bon marché et les vignerons ont soif de reconnaissance. Ils convainquent leurs producteurs de pratiquer une viticulture extrême qui se traduit par de petites baies et des niveaux de sucre élevés (qui se traduisent par un maximum de tanin et d'alcool élevé). Ils élaborent leurs vins dans des entrepôts industriels urbains, souvent avec du matériel emprunté, loué ou partagé. Ils font des folies uniquement sur des fûts de chêne neufs.

Le vin qui en résulte est audacieux, sombre et puissant - l'équivalent vineux du power rock. 'C’est un style gros, mûr et torréfié avec beaucoup de sucre et de graisse - ce qui pour moi n’a rien à voir avec la Bourgogne', déclare Stephen Tanzer, rédacteur en chef et éditeur deCave à vin internationale.

J'ai récemment goûté à la quasi-totalité des Pinot Noir 2003 fabriqués à Anderson Valley, et il était clair que la région est maintenant en proie au choc des cultures de Pinot Noir en Amérique. Les deux tiers des vins ont goûté des fruits rouges fraîchement cueillis avec des qualités à la fois sucrées et acides, comme les framboises et les canneberges. Ces vins étaient moyennement corsés, bien équilibrés et ont incité les vignerons de longue date de la vallée à acquiescer. Les autres douzaines de vins avaient un goût de fruits noirs cuits, fortement mêlés d'épices noires à pâtisserie et de saveurs de chêne grillé. C'étaient des vins gros et musclés que les jeunes vignerons de la dégustation ont immédiatement compris et appréciés.


Tous les vins étaient bien faits, donc ce n’est pas comme si un style était supérieur à un autre. Comme pour la musique, ce que vous préférez dépend de vous. Assurez-vous simplement de savoir sur quelle station vous vous connectez lorsque vous sortez votre portefeuille.

Recommandé